On peut situer à la fin du XIXe siècle, les débuts de la collection des estampes du musée de Roanne, avec le don de portraits de personnalités foréziennes par Octave de Viry, médecin.

Plusieurs dons et legs suivront, et certains très importants comme celui de Joseph Déchelette qui a lui seul offrit au musée près d'un quart de la collection de gravures.

C'est ensuite sous l'impulsion de Jacques Bornibus (conservateur du musée Déchelette de 1964 à 1983) spécialiste de la gravure que se forme l'essentiel du fonds ancien des estampes du musée (gravures de Dürer, Van Leyden ou Altdorfer).  L'association des Amis du Musée de Roanne suivra d'ailleurs cette impulsion en 1995 en faisant don de quatorze gravures du XVIIè siècle d'après Joachim Wtewael.

Jacques Bornibus a également permis l'acquisition d'une série de gravures contemporaines :

  • Lithographies de la fin du XIXe siècle (Daumier, Granville, Gavarni)
  • Eaux-fortes de Corot et Bracquemond
  • Lithographies de Louis Noirot (artiste roannais)

Le musée Déchelette conserve donc quelques pièces très  prestigieuses comme le Martyre de saint Jean l’Evangéliste de Dürer, la Madeleine en méditation de Corot, des estampes d’après Vinci, Raphaël, Titien, Poussin, Rubens, Watteau, Millet et, plus près de nous, une eau-forte de Picasso, une de Bonnard, une de Vuillard et une lithographie de Vlaminck .