Art Africain

Dans les années 1970, quelques maques de la tribu Dan sont entrés au musée mais l'essentiel de cette collection repose sur la générosité de deux donateurs : A.M Vergiat et G. Frédric.

Antonin Marius Vergiat (voir photographies ci-dessus), Roannais et militaire de métier fut amené à faire une mission en République Centrafricaine et fut un des premiers ethnologues amateurs à pouvoir approcher les tribus Gbaya et Mandja. Il sut se faire accepter en tant que photographe dans des cérémonies intimes à l'accès alors interdit aux étrangers : rituels d'envoûtement, circoncisions, excisions. En 1986, sa veuve fit don des manuscrits d'études ainsi que des documents photographiques et graphiques, témoignages de grande qualité de rites en partie disparus de nos jours.

Georges Frédric, docteur en pharmacie dans l'armée, se lança dans une quête de masques prétextant une étude sur les plantes et drogues toxiques. Cette quête débuta au Bénin, dans les années 1950, pour se poursuivre au Nigéria, en Haute-Volta et Côte d'Ivoire. En 1999, il fit don au musée de cinquante masques, Bolis et objets des différentes tribus qu'il a eu la chance de côtoyer (Fon, Gun, Bobo, Mama et majoritairement Yoruba).

Cette collection est actuellement présentée au dernier étage du musée.

Art Asiatique

Hormis de rares faïences chinoises et quelques pièces indiennes, c'est au Docteur Dethève et à sa donation en 1953, que l'on doit la création d'un fonds chinois (environ 100 pièces).  En poste à Pékin à la fin du XIXè siècle, ce médecin militaire, qui eut l'exceptionnel privilège de faire une consultation à l'empereur Kouang-Siu, fit une collecte d'amateur, à la fois décorative et ethnographique (mobilier, vêtements, tentures brodées, porcelaine, bronzes). Parmi ces objets, l'ensemble vases et brûle-parfum daté de l'époque Ming retiendra votre attention.

La collection a été complétée en 2000, par la donation Dupuis : constituée d'objets et statuettes religieux chinois et tibétains.