Faïences

Village de potiers dès l'époque gallo-romaine, Roanne est devenue dès le XVIIè siècle, un centre de faïences. Vous pourrez admirer, au rez-de-chaussée du musée, l'importante collection de faïences anciennes (plus de 2000 pièces) de ses prémices (majoliques italiennes) jusqu'au XIXè siècle.

Cette collection s'est essentiellement constituée par le biais de dépôts d'Etat (1875 à 1895) ainsi que de nombreux et importants dons :

  • Don Noëlas 1888 (faïences de Roanne XVIIIe et XIXe siècle)
  • Don Whiteway 1926 (faïences italiennes et hollandaises XVIIIe)
  • Don Mallein 1943 (porcelaines et faïences françaises XVIIIe et XIXe)
  • Don Mancey 1965 (faïences françaises, XVIIe, XVIIIe, XIXe)

Ainsi que le dépôt des Amis des Arts de Charlieu (faïences françaises du XVIIIe siècle)

C'est la richesse de cet ensemble qui permet au musée de présenter une synthèse de l'histoire de la faïence depuis les principaux centres de productions italiens (XVe au XVIIe siècle), l'Espagne (art hispano-mauresque) jusqu'aux centres français et européens (Nevers, Marseille, Rouen, Lyon, Delft).

Collection de Faïences révolutionnaires

En 1989, l'acquisition de la Collection Louis Heitshel, pour célébrer le bicentenaire de la Révolution Française est venue compléter cette collection existante.

Cet ensemble de 800 pièces réalisées entre 1782 et 1793 et provenant de différents centres faïenciers français constitue un témoignage "direct" de la pensée des plus modestes de l'époque.

Cette collection est unique en France et constitue la deuxième collection de faïences révolutionnaires d'Europe en importance.

Céramiques contemporaines

A partir de 1990, le musée a poursuivi et développé sa collection d'arts décoratifs par l'acquisition de céramiques contemporaines, en écho à la création Roannaise, très active dans ce domaine.

De très grands noms de l'art céramique sont ainsi représentés : Emile Gallé, Félix Bracquemond, Emile Decoeur, Jacqueline Lerat ou encore Pierre Boyle.

 

 

Mobilier

Le mobilier possédé par le musée est entré exclusivement par don et concerne les XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles. Les descendants de la famille Valence de Minardière (descendants des premiers occupants) ont notamment offerts des meubles qui ornaient l'actuel salon, encore aujourd'hui conservé au musée.

Outre ces meubles, il existe en outre des commodes XVIIIe estampillées Mondon et Rubestuck ou provenant de grands ateliers régionaux (Demoulin et Comte à Dijon, Geny à Lyon).

Les périodes Empire et Restauration, le XIXe siècle, l'Art Nouveau (majorelle) sont représentées par des fauteuils, table à gibier, console, bureau mais ces meubles sont actuellement conservés en réserve.