Vous trouverez ci-dessous des élements offrant une vision éclectique de la céramique contemporaine.

Des termes, oeuvres et artistes choisis par nos médiatrices pour permettre une découverte cohérente et éclairée de chacune des salles du parcours.

Pierre Bayle | Paul Roche-Ponthus | Bodil Manz

Coup de coeur !

Petites vitrines céramiques (œuvres sous vitrines de gauche à droite)

Les artistes possèdent un monde intérieur qui donne une vie à l’objet. Lorsqu’ils se rencontrent dans une exposition collective, leurs œuvres semblent entrer en dialogue, échangeant entre elles. Ensemble, ils offrent aux spectateurs un spectacle composé de formes, de matières, de couleurs, d'une étrangeté captivante. Collectivement, ils créent un univers.

Dans une même vitrine, le travail de Luisa Maisel, Rebecca Maeder, Gabriel Vuattier et Benoît Pouplard coexiste. Univers précieux par la présence du céladon et du doré, univers fourmillant, monde de détails à scruter, à dévorer du regard !

Bodil Manz et Valérie Ceulemans, deux univers fusionnent. Manz, des porcelaines d’une finesse incroyable, des décors géométriques en écho aux lignes minimalistes de Roche-Ponthus, entre art et design. Ceulemans, propose des formes en rondeur, épaisses pièces de porcelaine qui semblent avoir traversé plusieurs vies, assemblées, réparées, rapiécées. Ces épaisseurs confèrent une prestance particulière à chaque objet.

Enfin, dans la dernière vitrine, le public a le privilège de découvrir le travail de Gisèle Garric. Des couleurs épicuriennes, un univers inspiré par Bernard Palissy (potier du 16e), des œuvres en trompe-l'œil dans laquelle l’artiste rend hommage à la nature. Des œuvres festives qui entourent le travail de Carole Mc Nicoll, artiste anglaise qui résume très bien l’ambiance de ces différents espaces : Je m'amuse à créer des objets fonctionnels qui sont à la fois richement modelés et qui commentent le monde étrange que nous nous sommes créés.

Focus

Pierre Bayle : un des ensembles institutionnels les plus importants en France

L'artiste revisite la sigillée et interpelle le visiteur qui peut se questionner sur la matière sculptée. Bois, verre, argile ? Oui, il s’agit bien d’argile. 

Cependant, l'évidence de la beauté qui émane des créations de Pierre Bayle ne laisse place à aucune incertitude. Elle se déploie à travers une série d'exploits techniques, tels que le tournage, l'engobe et la cuisson.

Pour redonner vie à l'art ancestral de la poterie sigillée, il édifie son propre four et se lance dans des investigations approfondies sur cette technique. Il utilise la terre blanche, dont il maîtrise parfaitement le façonnage au tour. S'inspirant des maîtres potiers de l'Antiquité, il affine ses compétences dans la préparation des engobes et ajuste ses techniques de cuisson. Plutôt que de peindre des motifs décoratifs, Bayle laisse la flamme dicter l'esthétique finale en exploitant les caractéristiques des terres ferrugineuses qui, lorsqu'elles sont cuites en oxydation, arborent une teinte rouge, et en réduction, revêtent une profonde noirceur.

Les mots de l'expo !

Terre cuite vernissée : Les poteries sont désignées « vernissée », lorsque la pâte poreuse est imperméabilisée à l’aide d’une glaçure ou émail. La terre cuite vernisée est fabriquée à partir d’une argile commune, de couleur variable allant du gris au rouge en fonction de sa composition. Les terres rouges sont ferrugineuses, les blanches peuvent contenir du calcaire, de la silice, du kaolin en proportions variables.

Sigillée : D’origine romaine, les céramiques sigillées connaissent un grand succès en Gaule romaine, dont les centres de production se situent principalement à Lezoux et la Graufesenque, pour s’éteindre au IIIe siècle de notre ère. Les pièces sigillées ont la particularité d’être moulées. Lors de l’application de la pâte d’argile dans le moule celle-ci va prendre l’empreinte du décor en creux.

Faïence : Le terme faïence est dérivé de la ville de Faenza en Italie, réputée pour ses majoliques. Par extension, ce terme désigne les carreaux et les objets recouverts d’un émail opaque. On désigne également par ce terme une pâte céramique dite de basse température qui reste poreuse après la cuisson.

Biographies choisies

Paul Roche-Ponthus  (1919 - 2009 )

Jusqu’à l’âge de 16 ans, il vit en Indochine puis à Paris, où il étudie l’architecture à l’Ecole des Beaux-arts de 1939 à 1944.  Il travaille sur Paris de 1945 à 1957 puis dans la Loire.

Ses rencontres avec l’œuvre de Cézanne à l’exposition de Lyon en 1939, avec celle de Titien au Louvre furent déterminantes. Inspiré par les œuvres des grands maitres comme « Flore » de Titien ou les Demoiselles d’Avignon de Picasso, il fonde son travail sur une démarche qu’il voulait plus scientifique qu’artistique. Ses tableaux sont construits au moyen des éléments plastiques les plus simples : la surface, la ligne, le point. Les œuvres de Roche-Ponthus ont été notamment exposées au Musée d’Art et d’Industrie de Saint-Étienne en 1973 ou à l’Institut d’art contemporain de Villeurbanne au début des années 1980.  Il produira pour le théâtre de Roanne une œuvre toujours en place dans le hall de l’entrée.

Programmation & Bibliographie

PROGRAMMATION

Cycle de rencontres à 3 voix : des artistes- céramistes, Dominique Dendraël (directrice) et Eric Pierre Moinet (commissaire de l'exposition) pour échanger autour de la céramique.

Samedi 13 janvier : Catherine Vanier à 15h, Bibliothèque du musée

Reconnue comme une des figures majeures de la céramique contemporaine,Catherine Vanier vit et travaille en Bourgogne depuis de nombreuses années. Élève de Philippe Lambercy (Ecole des Arts Décoratifs de Genève), elle est animée par la passion du décor, cette expression faite de calligraphies évoquant l'Orient.

Cette exposition est l'occasion, pour le musée, de mettre en avant cette grande dame de la céramique lors d’une rencontre autour de son travail.

 

SÉLECTION DE LA BIBLIOTHÈQUE DU MUSÉE

 

Sur Pierre Bayle :

  • Antoinette Faÿ-Hallé : Pierre Bayle. Bibliothèque du Musée Joseph Déchelette : Cote : 8280 B
  • Musée national de céramique de Sèvres : De la terre et du feu, 5 potiers contemporains. Bibliothèque du Musée Joseph Déchelette : Cote : 8104 Br

 

Sur Paul Roche-Ponthus :

  • Musées Grenoble, Marseille, Saint-Etienne 1977 : 3 villes, 3 collections : l’Avant-garde 1960-1976. Bibliothèque du Musée Joseph Déchelette : Cote : 6743 A